A DIEU

publié le 18 avr. 2010 à 09:25 par Paroisse Blanzay   [ mis à jour : 20 avr. 2010 à 02:26 ]

« J’offre ma vie pour le Saint-Père,  pour l’unité de l’Eglise et pour la paix entre les personnes

   de différentes religions… »

«  Au ciel je veux chanter sans cesse pour Dieu et le remercier pour sa Miséricorde » (extrait du testament spirituel)

«  Que les jeunes qui entendent l’appel du Seigneur se lèvent pour me remplacer. »




          L’Abbé Thierry Lelièvre, âgé de 55 ans, nous a quittés le 30 mars 2010.

 

Aîné d’une famille de sept enfants, il a ressenti dès l’âge de 6 ans l’appel du Seigneur auquel il sera fidèle. Enfant ordinaire, il a grandi dans la foi auprès de ses parents et de sa paroisse. Après son baccalauréat, il fait son séminaire et obtient un doctorat de droit canon. Il est ordonné prêtre à Rome en 1980, est nommé vicaire dans une grande paroisse romaine, puis curé à la paroisse Saint François d’Assise de Rome.

Mais touché par la misère morale et spirituelle des enfants, il s’engage à Points Cœur et part comme missionnaire en Asie : dans les bidonvilles de Manille, au Vietnam, en Thaïlande et en Inde, il vit au milieu des  plus pauvres et évangélise sans relâche.

Sa mission à Points-Cœur terminée, il revient à Rome quelque temps. Cependant, l’appel de l’Asie est plus forte et il demande à être envoyé comme missionnaire  Fidei  Donum : il repart donc à Zamboanga, petite île des Philippines, pour y installer un centre chrétien dans un secteur à majorité musulmane.

Ayant découvert qu’il était atteint d’une leucémie, il dut revenir en décembre 2008 se faire soigner à Rome, où, malgré ses grandes souffrances, il continua son rôle d’apôtre auprès des autres malades.

                               



Il aimait notre paroisse, il y avait des attaches familiales. Par son témoignage et sa foi, il a conforté bien des vocations sacerdotales, dont celle de notre curé qu’il a connu à Rome il y a 30 ans.

 

Ses obsèques ont eu lieu le mardi 6 avril, mardi de Pâques, en la basilique Sainte Anastasie à Rome, en présence de 500 fidèles, 35 prêtres et 3 évêques.

 

Qu’il soit pour nous un modèle de foi, lui qui disait toujours que nous devions être fiers et heureux d’être chrétiens, qui rayonnait de joie et de charité, s’émerveillant des beautés de la Création et étant sans cesse en présence de Dieu. 

 

Remercions Dieu pour ce qu’il a été et accueillons simplement la parole que sa Sainteté Benoît XVI a prononcée en recevant sa famille : « C’était un saint prêtre ».