ALLONS A LA MESSE CHAQUE DIMANCHE !

publié le 7 févr. 2014 à 04:17 par Olivier du Chambon   [ mis à jour : 7 févr. 2014 à 04:18 ]
La messe est ce sommet de la vie chrétienne et de l’action salvifique de Dieu dont « on n’aura jamais fini de saisir toute la valeur et la richesse », a rappelé le Pape François, lors de l’audience générale du 5 février 2014, consacrée à l’eucharistie.
Et pourtant, dans le véritable cours de catéchisme qu’il a donné aux fidèles présents Place Saint Pierre (et à ceux qui, à cause de la pluie, le suivait sur un écran géant, depuis la Salle Paul VI), tout y est, ou presque : la messe à la fois banquet, sacrifice et eucharistie, c'est-à-dire action de grâce, le pain et le vin qui deviennent Corps et Sang du Christ et qui, avec la Parole de Dieu, constituent une seule et même nourriture, le mémorial, qui n’est pas simple souvenir mais participation au mystère de la Passion, de la mort et de la résurrection du Christ

« Au centre de l’espace destiné à la célébration, nous voyons l’autel, qui est une table, recouverte d’une nappe… sur la table, il y a une croix… et à côté de la table, il y a l’ambon ». L’amorce très concrète du Pape peut paraître simpliste. De fait, de nombreux catéchistes en charge de la préparation des enfants à la première communion se retrouveront dans cette façon de démarrer. Mais celui qui fut technicien en chimie avant d’entrer au séminaire donne une petite leçon de pédagogie à qui veut bien la prendre comme telle : pour se faire comprendre d’un auditoire, il est bon de partir du simple pour aller vers le compliqué, du réel pour aller à l’abstrait. A une époque où on a perdu le sens du B-A-BA, la leçon vaut bien une audience sous la pluie, sans doute !

La communion au Corps du Christ : un avant-goût de la pleine communion avec le Père

Dans la même ligne, le Saint Père rappelle que pour comprendre une notion ou une réalité, il faut partir des mots et de leur signification. Ainsi, a-t-il expliqué, on parle de « communier » ou de « recevoir la communion » car recevoir le Corps du Christ « nous donne un avant-goût de la pleine communion avec le Père, qui caractérisera le Banquet céleste, où, avec tous les saints, nous aurons la joie de contempler Dieu face à face ».

De l’explication à l’exhortation, pour le chrétien, disciple de Jésus Christ, il n’y a qu’un pas. En encourageant les fidèles, en fin d’audience, à « aller à la messe tous les dimanches », pour « recevoir la communion, ce Pain qui est le Corps de Jésus, qui sauve, qui pardonne et unit au Père » et à faire faire aux enfants leur première communion (qui doit être bien préparée !), le Pape l’a franchi tout naturellement.