Béatification samedi 17 avril 2021 à l'abbaye cistercienne de Casamari-

publié le 15 avr. 2021, 12:17 par Olivier du Chambon   [ mis à jour : 15 avr. 2021, 12:18 ]
Sous le Directoire, en 1799, les soldats français de la Révolution battent en retraite face aux Autrichiens. Les troupes du général Championnet occupaient Naples où  la République parthénopéenne avait été proclamée le 21 janvier 1799. A l’abbaye cistercienne de Casamari, qui existe encore aujourd'hui, près de Frosinone (Latium), les Pères Siméon Cardon, moine français,  et Domenico Maria Zawrel ainsi que les Frères Albertino Maria Maisonade, Modeste Maria Burgen, Maturino Maria Pitri et Zosimo Maria Brambat ont été tués « en haine de la foi », par des soldats de l'armée révolutionnaire française qui pillaient l'abbaye le soir du 13 mai 1799, lors de leur retraite du royaume des Deux-Siciles.

Ces six moines de Casamari avaient vaillamment résisté afin de défendre l’Eucharistie et les vases sacrés.


Siméon Cardon et de cinq de ses compagnons, religieux cisterciens tués dans l'abbaye de Casamari en haine de la foi entre le 13 et le 16 mai 1799, lors de la retraite des troupes françaises du royaume des Deux-Siciles,
En janvier 1799, Naples est occupée par les Français, en avril de la même année, l'armée révolutionnaire subit plusieurs défaites contre l'Autriche et cette circonstance conduit les troupes françaises à se diriger vers le nord. Dans la retraite, les Français ont commis toutes sortes de ravages et de meurtres, s'en prenant particulièrement aux églises et aux monastères. Les soldats français étaient imprégnés d'idées révolutionnaires, contraires à l'Église et à la foi chrétienne. Le 13 mai 1799, après avoir saccagé l'abbaye de Montecassino, vingt soldats sont entrés dans l'abbaye de Casamari à la recherche d'objets précieux à piller.
Les Serviteurs de Dieu ont résisté avec un courage héroïque pour défendre l'Eucharistie, les vases sacrés et les vêtements de la profanation. Ils ont été tués avec férocité avec des coups de sabre et de baïonnette.
- Siméon Cardon est né à Cambrai, il a fait sa profession religieuse le 4 août 1782, au monastère bénédictin de la Congrégation de San Mauro à Saint-Faron de Meaux. Pendant la Révolution française, il s'oppose publiquement à la Constitution civile du clergé et, en 1795, il doit fuir la France, se réfugiant à l'abbaye de Casamari. En 1798, Après avoir été trésorier, il est devenu prieur de l'abbaye.
Il s'est distingué pour sa sainteté de vie et surtout pour sa charité envers les malades. Il mourut le 14 mai 1799, après avoir été abattu par des soldats français.
- Domenico Maria Zawrel, né en 1725 à Cadovio (aujourd'hui République tchèque), est d'abord devenu religieux dominicain. Se sentant attiré par la vie monastique, en 1776, il demanda à entrer à l'abbaye de Casamari, faisant sa profession religieuse le 6 juin 1777.
Il était apprécié pour sa vie de prière et pour sa sagesse. Il a été tué dans la nuit du 13 mai 1799.
- Albertino Maria Maisonade, né à Bordeaux. En 1792, il entra à l'abbaye de Casamari, où il fit sa simple profession le 20 novembre 1793, comme moine choriste.
Le 13 mai 1799, il fut tué de deux coups de pistolet, alors qu'il priait avec Domenico Zawrel.
- Zosimo Maria Brambat, né à Milan, entra à l'abbaye de Casamari en 1792. Il fut admis au noviciat en 1794 et, le 20 novembre 1795, fit sa simple profession. Après avoir été attaqué et mortellement blessé le 13 mai 1799, il mourut trois jours plus tard, le 16 mai 1799, alors qu'il se rendait à Boville Ernica (Frosinone, Italie), souhaitant recevoir les derniers sacrements.
- Modeste Maria Burgen, originaire de Bourgogne, avait été trappiste à l'abbaye des Sept-Fonti, qu'il a dû abandonner après le début de la Révolution française. Entré dans l'abbaye de Casamari en janvier 1796 en tant que novice, il prononce de simples vœux monastiques le 9 janvier 1797. Le 13 mai 1799, il est tué par des soldats français.
- Mathurin Marie Pitri, né à Fontainebleau, est arrivé en Italie enrôlé, contre son gré, dans l'armée française. À Veroli, il a été hospitalisé pour une maladie grave et là, il dit à Simeone Cardon sa volonté de devenir moine cistercien s'il était guéri. Après la maladie, caché dans la maison du curé de l'hôpital de Veroli qui l'a accompagné à l'abbaye de Casamari, il a été accueilli en janvier 1799. Il a été abattu le 13 mai 1799.
Alors que la plupart des moines essayaient de se sauver, les Serviteurs de Dieu ont résisté avec un courage héroïque pour défendre l'Eucharistie, les vases sacrés et les vêtements de la profanation. Ils ont été tués avec férocité avec des coups de sabre et de baïonnette