Bénédiction de chiens abandonnés à l'audience du mercredi

publié le 7 déc. 2014 à 22:05 par Paroisse Blanzay
Un aspect de la Nouvelle évangélisation

Anita Bourdin

ROME, 4 décembre 2014 (Zenit.org) - Le pape François a béni, lors de l'audience générale, place Saint-Pierre, des chiens abandonnés et maltraités dans un chenil "lager" de Rome: aujourd'hui ils remis en forme et prêts à l'adoption.

En tout, le chenil "Parrelli" abritait 350 chiens et 150 chats dans un état désastreux: nourriture avariée, pathologies, mauvais traitements (cordes vocales mutilées pour empêcher les aboiements, par ex.): la justice a séquestré la structure en 2013.

Des bénévoles d'une société protectrice des animaux les ont soignés et socialisés: 37 chiens et 18 ont été adoptés pour faire la joie de familles italiennes. Certains d'entre eux étaient place Saint-Pierre, mercredi 3 décembre: Macchia, Nerina, Kenya…  Le pape les a bénis.

Comme saint François l'a montré
Une occasion de rendre au Créateur ce qui est au Créateur et d'évangéliser aussi le rapport aux animaux, comme le faisait remarquer le pape François lorsqu'il déclarait, le mardi 19 mars 2013, dans son homélie: "la vocation de garder concerne toute la Création, la beauté de la Création, comme il est dit dans le livre de la Genèse et comme saint François d'Assise nous l'a montré: c'est avoir du respect pour toute créature de Dieu, et pour l'environnement dans lequel nous vivons".

Il disait encore le 26 novembre dernier dans sa catéchèse sur le paradis: "Les Saintes Écritures nous enseignent que l’accomplissement de ce merveilleux dessein concerne aussi tout ce qui nous entoure et qui est sorti des pensées et du cœur de Dieu. L’apôtre Paul l’affirme de manière explicite quand il dit que « la création a gardé l’espérance d’être, elle aussi, libérée de l’esclavage de la dégradation, pour connaître la liberté de la gloire donnée aux enfants de Dieu » (Rm 8,21). D’autres textes utilisent les images « un ciel nouveau », « une terre nouvelle » (cf. 2 P 3,13; Ap 21,1), dans le sens où tout l’univers sera renouvelé et libéré une fois pour toutes de toute trace du mal et de la mort. La création qui se profile devant nous est l’accomplissement d’une transformation qui en réalité a déjà lieu depuis la mort et la résurrection du Christ, il s’agit donc d’une nouvelle création et non d’un anéantissement du cosmos et de tout ce qui l’entoure ; d’une volonté de porter toute chose à sa plénitude d’être, de vérité, de beauté. Tel est le projet que Dieu - le Père, le Fils et le Saint-Esprit - veut réaliser depuis toujours et qu’il est en train de réaliser."

Les Romains citent souvent cette parole de Paul VI: "Les animaux sont la partie la plus petite de la Création de Dieu, mais nous, un jour, nous les reverrons dans le Mystère du Christ."

On cite aussi souvent à propos des animaux, cette phrase de Jean-Paul II, du 10 janvier 1990: "D'autres textes admettent que les animaux aussi ont une respiration, un souffle vital et qu'ils l'ont reçu de Dieu".

Une tradition vivante à Rome
La tradition de la bénédiction des animaux domestiques reste vivante en Italie et à Rome, spécialement le 17 janvier, en la fête de saint Antoine abbé. Les éleveurs de l’Association italienne des Eleveurs (AIA) font bénir leurs animaux place Saint-Pierre chaque année.

Dans la paroisse romaine Sant'Eusebio, près de Termini, les animaux sont acceptés à la messe le 17 janvier de chaque année, en la fête de saint Antoine abbé, et le dimanche suivant: chiens, chats, lapins, perroquets, tortues, canaris ou poissons rouges…

Une belle liturgie, une belle homélie. Puis, tout le monde dehors, et la bénédiction sur le parvis: le diacre dispense l'eau bénite sur les museaux ou les petits becs. Parfois aussi les chiens de la Protection civile, les chevaux des carabiniers ou de la Garde financière rappellent les services rendus aux habitants par les animaux dans la Ville éternelle. Un aspect de la Nouvelle évangélisation, aux "périphéries", bien qu'au coeur de Rome.

Visiteurs au Vatican
Lors de sa toute première audience, aux journalistes, le pape François avait salué Alessandro Forlani, journaliste malvoyant de Radio Rai et il avait caressé son labrador beige, Asia.
Deux semaines plus tard, il recevait des personnes sourdes et muettes et leur chiens guides en la salle Paul VI du Vatican.
Pour son 77e anniversaire, à sainte-Marthe, avec le personnel et des sans-abri du quartier, trois clochard ont été invités, avec leurs compagnons à quatre pattes.
En janvier dernier, lors de l'audience à laquelle participaient 300 artistes du cirque, le pape a pris un perroquet vert que lui présentaient les artistes de "Spectacle itinérant de Bregantino" (Rovigo). 
Autant d'images qui ont fait le tour du monde et la joie des enfants. Les photos du pape Benoît XVI qui les aime depuis l'enfance, ont aussi fait le tour du monde (le crocodile, le lionceau…), sans compter celles du pape Jean-Paul II (le koala d'Australie…).

Comments