Communiqué sur le recours contre le décret du 17 octobre 2010

publié le 20 févr. 2011 à 11:54 par Paroisse Blanzay   [ mis à jour : 20 févr. 2011 à 11:58 ]

Mgr Albert Rouet, ex-archevêque de Poitiers, a entrepris dans son diocèse une réforme des paroisses promue par un décret du 17 octobre 2010. Ce décret vient en conclusion d’une lettre pastorale intitulée « Où demeures-tu ? » qui en expose les principes sous-jacents et précise les différents niveaux de structures pastorales qui doivent désormais réguler toute la pastorale territoriale diocésaine.

 Un groupe de 12 prêtres du diocèse, d’une moyenne d’âge de 45ans, a jugé nécessaire de poser un recours concernant ce décret, non pas en raison de l’incontournable réforme de la structure paroissiale mais pour des raisons fondamentalement théologiques. En effet, lui sont apparues nombre de difficultés autour de ce décret :

1°- Il semble que le Droit Canonique soit contourné, voire dévoyé, pour établir une autorité parallèle dans l’Eglise, censément fondée sur le sacerdoce baptismal des fidèles.

2°- La charge curiale s’en trouve diluée dans l’écheveau des conseils à différents niveaux, ce qui empêche concrètement le prêtre d’exercer librement sa charge de pasteur (munus regendi) pourtant intrinsèquement liée au sacrement de l’Ordre reçu.

3°- Les conséquences déjà visibles dans un système fonctionnant selon deux structures parallèles depuis des années, en sont la démobilisation des jeunes aspirant au sacerdoce, soit par carence des vocations soit par fuite hors du diocèse de celles-ci, ainsi que l’épuisement des prêtres (voire des laïcs) absorbés totalement dans des tâches d’organisation interne à l’heure où l’évangélisation devient si urgente.

4°- d’inévitables conflits sont induits par un système où la vraie responsabilité est diluée.

5°- et finalement des principes théologiques et ecclésiologiques plus qu’ambigus sont promus, menaçant la pleine communion de l’Eglise Catholique à Poitiers avec le Saint Siège et les autres Eglises particulières.

 

Ainsi, conformément aux procédures canoniques en vigueur, recours a été fait à Mgr l’Archevêque dans une lettre datée du 19 octobre 2010, demandant des précisions et des rectificatifs dans le texte du décret.

En l’absence de réponse dans les délais impartis par le droit, le recours a été envoyé au Siège Apostolique, en l’espèce à deux congrégations : Congrégation pour le Clergé et Conseil Pontifical pour l’Interprétation des Textes Législatifs. A vrai dire, Mgr Rouet a répondu hors délai et de manière insuffisante sur le fond.

Dans un Décret signé de son Cardinal-Préfet le 11 décembre 2010, la Congrégation pour le Clergé a « suspendu l’exécution du décret du 17 octobre… jusqu’à ce que ce Dicastère prenne une décision à son sujet ». Il est à noter la préoccupation du Dicastère : « Ledit décret concernant la structure globale du diocèse et la place que les prêtres, en particulier les curés, sont appelés à y tenir, l’enjeu est considéré comme grave ». La Congrégation a signifié sa décision à Mgr l’Archevêque.

En outre, par un courrier du 13 janvier 2011, le Conseil Pontifical pour l’Interprétation des Textes Législatifs, s’est également saisi de l’affaire pour vérifier la compatibilité du décret avec le Droit Canonique et a demandé à Mgr l’Archevêque de ne pas l’appliquer jusqu’à ce qu’il prenne une décision. Ce Conseil est compétent en matière de droit et ses décisions font jurisprudence pour l’Eglise Universelle. « En raison du caractère général du décret du 17 octobre 2010 », c’est aujourd’hui ce Conseil Pontifical qui est en charge du dossier et doit rendre ses conclusions. Il a confirmé la suspension de l’exécution du décret décidée par la Congrégation pour le Clergé.

A l’heure ou le diocèse de Poitiers attend la nomination d’un nouveau pasteur, toute mise en œuvre de la pastorale conçue et théorisée par Mgr Rouet est empêchée jusqu’à ce que le Dicastère rende sa décision.

 

 

Comments