L'ESPRIT DE PAUVRETE

publié le 29 juin 2013 à 12:04 par Olivier du Chambon   [ mis à jour : 29 juin 2013 à 12:05 ]

Ton avoir ne gaspilleras. Regarde-moi demander aux apôtres de ramasser les restes après la multiplication des pains. Je n’ai pas surévalué l’appétit de la foule, je t’apprends à finir ton pain, à utiliser le verso de la feuille de brouillon, à accommoder les restes, à éteindre la lumière quand tu quittes une pièce.

Ton argent dépenseras. Ne sois pas pingre. Economie, vertu ; avarice, vice ! Achète une voiture qui ne lâchera pas dans six mois. Anticipe, prévois, économise pour l’avenir, mais les dépenses que tu juges nécessaires, fais-les sans scrupule.

Du superflu te priveras. Ne fais pas de caprice. Ne cède pas aux sirènes des publicités, des soldes, des bonnes affaires. Montre à tes ados que la marque ne fait pas l’identité. Propose-leur de gagner eux-mêmes le prix des baskets dont-ils rêvent.

Ton nécessaire partageras. Recycle tes affaires usagées pour ceux qui en ont besoin. Invite les personnes seules à déjeuner le dimanche. Emmène tes collègues au travail dans ta voiture. Offre des jeux collectifs à tes enfants. Marche et donne le prix du ticket de bus au SDF. Prive-toi et donne la somme équivalente à une œuvre caritative.

Quelques cadeaux t’accorderas. Sache faire des extras ! Fabrique des souvenirs, des moments d’exception. Assouvis des désirs raisonnables pour éviter l’envie, l’aigreur, la jalousie. Fais plaisir à tes enfants, tes filleuls, tes parents. Offre des fleurs à ta femme.

Tes biens entretiendras. Cire tes chaussures. Rebouche tes feutres. Range tes mini-lego, pour pouvoir y jouer plus d’une journée. Fais réviser ta voiture. Lave ta maison. Fais-toi soigner quand tu es malade. Prends soin de tes livres, de tes vêtements, de tes meubles, des peintures de ta cage d’escalier…

De ce que tu as, remercieras. Ecris à ta grand-mère après ton séjour chez elle. Téléphone à ton parrain pour le remercier du cadeau qu’il t’a offert. Offre un « petit quelque chose » à ta voisine qui t’a rendu service. Rends grâce dans la prière pour la nourriture, la maison, les vacances, le travail, le salaire, les vêtements.

La miséricorde mendieras. Confesse ta misère. Montre à tes enfants comme tu es grand quand tu es à genoux. Reconnais-toi « pauvre pécheur » au oins une dizaine de fois par jour. Trouve chez les autres des qualités et des biens que tu n’as pas, sans les leur envier, mais cherchant à les imiter.

Le détachement apprendras. Ne cherche pas à vivre au-dessus de tes moyens. Imagine que tu perdes ton travail demain. Tu as ? Tant mieux ! Tu n’as pas ? Tant mieux !Répète avec Job : « Dieu a donné, Dieu a repris, que le nom de Dieu soit béni ! »

Aime, et fais ce que voudras. Donne ce que tu as, donne ce que tu es. Fais fructifier te talents. Imite le Père et moi-même qui sommes « toujours à l’oeuvre ». Dépense tout, et gagne l’infini.