Le marasme de l’islam (d’après Annie Laurent, la Nef)

publié le 11 oct. 2012 à 04:36 par Olivier du Chambon   [ mis à jour : 11 oct. 2012 à 04:36 ]
     …En près de cent ans, la population musulmane est passée de 200 millions à 1,2 milliard de membres. L’islam est désormais présent sur tous les continents, il se conjugue avec toutes sortes de cultures, si bien qu’il n’est plus possible de le confondre avec l’arabité des origines.                       Actuellement, moins d’un quart des musulmans dans le monde sont d’ascendance ou de souche arabe. Cependant, grâce aux revenus du pétrole, investis dans le financement de mosquées, écoles et centres culturels, l’influence de l’islam arabe, auréolé de surcroît du prestige que lui confère le choix de Dieu pour sa terre et sa langue, se développe dans des sociétés habituées à un islam mélangé de coutumes anciennes.

    L’islam se propage aussi par la séduction, en particulier dans les sociétés occidentales sécularisées ou en perte de repères, à tel point qu’il serait maintenant « tendance » notamment chez les jeunes européens, même catholiques, de se faire musulman. Le retour à une pratique religieuse assidue et ostensible (tenue vestimentaire, prière, jeûne du Ramadan, pèlerinage à la Mecque, interdits alimentaires) souligne également ce réveil. En outre, partout où il s’installe, l’islam s’affirme avec force, réclamant en tous lieux - et obtenant de plus en plus - pour ses fidèles le respect de sa loi et de ses traditions, fussent-elles incompatibles avec celles du pays d’accueil sur des aspects sensibles comme la mixité entre adultes. Bref, l’islam occupe à présent une position dominante sur la scène mondiale. Le plus étonnant est qu’il prospère surtout dans sa version islamiste qui semble dotée d’une force d’attraction irrésistible.
     C’est cet islam-là qu’ont choisi ces derniers mois les électeurs des pays arabes touchés par les révolutions ; c’est lui aussi qui attire de nombreux convertis européens que l’on retrouve parfois sur les sentiers du djihad. Après une longue période de léthargie, le monde musulman contemporain aurait-il retrouvé la conviction qui habitait les armées islamiques du VII ° siècle lorsqu’elles effectuèrent leurs premières conquêtes hors d’Arabie, à savoir le triomphe inéluctable de l’islam, garanti par le Dieu du Coran? (9,33)

    Cependant, malgré ses succès, cet élan multiforme ne doit pas occulter une réalité peu brillante. En effet, les sociétés qui se réclament de l’islam sont dans un piètre état : analphabétisme, indigence culturelle et économique, partis uniques, népotisme, corruptions, violations des droits de l’homme, aliénation des femmes, atteintes aux libertés publiques, censures…autant d’indices qui montrent le retard des pays musulmans par rapport à l’Occident et à l’Asie non musulmane. Les Etats arabes disposent pourtant de ressources énergétiques considérables qui pourraient utilement servir au développement de leurs peuples. Mais, incapables d’anticiper l’avenir, non créatifs, ils s’enfoncent dans un marasme stérile…..