Sans titre



Heure Sainte : Passer une heure de prière, uni au Christ

publié le 27 févr. 2021, 02:02 par Pierre Roland-Gosselin   [ mis à jour : 27 févr. 2021, 02:15 ]

Qu’est-ce que l’Heure Sainte ?

L’Heure Sainte consiste à passer, dans la nuit du jeudi au vendredi de chaque mois, une heure de prière uni au Christ dans le début de Sa passion, c’est-à-dire au Jardin des Oliviers. Sainte Marguerite-Marie rapporte qu’après lui avoir demandé de communier tous les premiers vendredis de chaque mois (à une époque où l’on ne communiait pour ainsi dire presque plus) Jésus lui dit :

« Toutes les nuits du jeudi au vendredi, Je te ferai participer à cette tristesse mortelle que J’ai bien voulu souffrir au Jardin des Oliviers (…). Pour m’accompagner dans cette humble prière, que Je présenterai alors à mon Père, parmi toutes mes angoisses, tu te lèveras entre onze heures et minuit pour te prosterner pendant une heure avec moi (…) pour adoucir en quelque façon l’amertume que Je sentais de l’abandon de mes apôtres qui m’obligea à leur reprocher qu’ils n’avaient pu veiller une heure avec moi, et pendant cette heure, tu feras ce que Je t’enseignerai.( Cf Vie et Oeuvre de Ste Marguerite Marie)

Nulle part, Jésus ne demande à d’autres que sainte Marguerite-Marie de s’associer à cette prière, mais rapidement, les Chrétiens ont eu la conviction que le désir de Jésus s’étendait à eux aussi. Elle a été encouragée par l’église, et le pape Pie XI, dans son encyclique Miserentissimus Redemptio, reconnaitra que l’Heure Sainte répond au désir de Jésus comme une pratique d’amour, de compassion et de réparation. ( voir dans la rubrique "Actualités" le texte de l'encyclique):

"Si l’angoisse de Jésus à Gethsémani est si forte, c’est qu’il perçoit que son Sacrifice d’amour ne rencontrerait qu’indifférence et révolte de la part de tant d’êtres humains. En cette Heure, c’est la Tentation la plus redoutable, l’assaut ultime de l’Ennemi : faire croire à Jésus que son Oblation serait vaine. Dans la solitude amère du Jardin des Oliviers, le Seigneur, broyé par la souffrance, vit les paroles du psalmiste : « J’espérais la compassion, mais en vain, des consolateurs, je n’en ai pas trouvé » (Ps 69,21)"

Consoler le Cœur de Jésus

Il s’agit donc en quelque façon de consoler le Cœur de Jésus en partageant l’angoisse de la solitude traversée à cette occasion, alors que se profile le drame de sa Passion et de sa Crucifixion. Il ne s’agit pas simplement d’un temps de prière personnelle. Il s’agit d’une prière structurée autour de la méditation du mystère de l’agonie du Christ, de sorte que nous soyons présents de cœur là-même où les apôtres, accablés de fatigue, n’ont pu trouver la force de « veiller une heure » avec Lui : Là où l’Heure Sainte est vécue en paroisse, ou dans une communauté, le Saint-Sacrement est exposé. Mais elle peut aussi se vivre chez soi, en particulier comme en commun. On prend un chant qui nous met en présence de Jésus. On fait la lecture d’un des évangiles de l’Agonie de Jésus à Gethsémani. On peut le découper en trois ou quatre passages, entre lesquels on peut faire quinze à vingt minutes de méditation ; on peut éventuellement prendre un chant priant entre chaque intervalle. A la fin de l’Heure, là où le Saint-Sacrement a été exposé, on Le dépose. On peut alors terminer par un hymne en l’honneur de la Vierge Marie.

« En réponse à mon empressement à leur faire du bien, les hommes n’ont que froideur et rebut…Toi du moins, console-Moi en suppléant à leur ingratitude…Tu communieras tous les premiers vendredis du mois et toutes les nuits du jeudi au vendredi, Je te ferai participer à cette tristesse si mortelle que j’ai voulu porter au Jardin des Oliviers. » ( Jésus à Ste Marguerite Marie) 

 

Exemple de méditations

 

La couronne d’épines était encore combien plus cruelle au Cœur du Seigneur qu’à sa tête Sacrée. Aussi en montrant son Divin Cœur à sa privilégiée de Paray-le-Monial, Il a voulu que nous le voyions couronné d’épines. Ah ! C’est que cette couronne lui était le supplice que Lui font subir à tout instant les hommes dans leur fol et brutal orgueil ; dans leurs pensées morbides, dans la vanité de leur vaine gloire, dans l’entêtement de leurs révoltes. (Marthe Robin)

Allons, allons au-devant de notre bon Maître… Il vient à nous plein de bonté, plein d’amour et du plus ardent de tous les amours. N’allons pas à lui avec froideur et indifférence, tâchons d’exciter en nous cette faim, ces désirs violents qui ont fait languir les âmes saintes. Il vient à nous chargé de grâces et de trésors pour nous enrichir ; n’allons pas à lui les mains vides … Mais surtout qu’il ne se passe point de moment, s’il est possible, qui ne soit sanctifié par quelque acte intérieur de contrition de nos péchés, de compassion pour les douleurs de Jésus-Christ, de protestation de le mieux servir désormais… (St Claude La Colombière)

Quand arrive l’heure marquée par Dieu pour sauver l’humanité de l’esclavage du péché, Jésus se retire ici, à Gethsémani, au pied du mont des Oliviers. Nous nous retrouvons dans ce lieu saint, sanctifié par la prière de Jésus, par son angoisse, par sa sueur de sang ; sanctifié par-dessus tout par son « oui » à la volonté d’amour du Père. Nous avons presque peur de nous rapprocher des sentiments que Jésus a éprouvés en cette heure ; nous entrons sur la pointe des pieds dans cet espace intérieur où s’est décidé le drame du monde. En cette heure, Jésus a senti la nécessité de prier et d’avoir auprès de lui ses disciples, ses amis, qui l’avaient suivi et avaient partagé de plus près sa mission. Mais ici, à Gethsémani, le suivre se fait difficile et incertain ; le doute, la fatigue et la terreur prennent le dessus. (Pape François)

« Et maintenant nous mettons tout notre cœur à te suivre, à te craindre et à rechercher ta face. Ne nous laisse pas dans la honte, mais agis avec nous selon ta mansuétude et selon la grandeur de ta grâce. Délivre-nous selon tes œuvres merveilleuses, fais qu’à ton nom, Seigneur, gloire soit rendue. Qu’ils soient confondus, tous ceux qui font du mal à tes serviteurs : qu’ils soient couverts de honte, privés de toute leur puissance, et que leur force soit brisée. Qu’ils sachent que tu es seul Dieu et Seigneur, en gloire sur toute la terre. » (Daniel 3)

 

 

Evangile selon St Luc ( XXVI, 36,45)

 

 Alors Jésus parvient avec eux à un domaine appelé Gethsémani et leur dit : « Asseyez-vous ici, pendant que je vais là-bas pour prier. »

Il emmena Pierre, ainsi que Jacques et Jean, les deux fils de Zébédée, et il commença à ressentir tristesse et angoisse. Il leur dit alors : « Mon âme est triste à en mourir. Restez ici et veillez avec moi. » Allant un peu plus loin, il tomba face contre terre en priant, et il disait : « Mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi ! Cependant, non pas comme moi, je veux, mais comme toi, tu veux. »

Puis il revient vers ses disciples et les trouve endormis ; il dit à Pierre : « Ainsi, vous n’avez pas eu la force de veiller seulement une heure avec moi ? Veillez et priez, pour ne pas entrer en tentation ; l’esprit est ardent, mais la chair est faible. »

De nouveau, il s’éloigna et pria, pour la deuxième fois ; il disait : « Mon Père, si cette coupe ne peut passer sans que je la boive, que ta volonté soit faite ! » Revenu près des disciples, de nouveau il les trouva endormis, car leurs yeux étaient lourds de sommeil. Les laissant, de nouveau il s’éloigna et pria pour la troisième fois, en répétant les mêmes paroles. 

Alors il revient vers les disciples et leur dit : « Désormais, vous pouvez dormir et vous reposer. Voici qu’elle est proche, l’heure où le Fils de l’homme est livré aux mains des pécheurs.

 

Source: https://www.sacrecoeur-paray.org/experimenter/heure-sainte/


 



 

 

Mgr Aupetit - Homélie du 14 février 2021

publié le 17 févr. 2021, 14:17 par Pierre Roland-Gosselin

« La lèpre le quitta et il fut purifié » (Evangile selon St Marc 1, 40-45)

Je suis désolé de le dire, mais en toute légalité ce lépreux devrait payer 135 €. Eh oui, il ne respecte pas les gestes barrières ! A l’époque aussi, on avait des gestes barrières. Vous avez entendu la loi dans la première lecture : « Le lépreux doit se signaler en criant : « impur, impur ! », il restera à l’écart ». Il ne doit pas approcher des autres. Aujourd’hui on a gardé la mise à l’écart mais on n’est plus obligé de se signaler par des vêtements troués en criant : « Covid, Covid ! »

Ce lépreux va vers Jésus, tombe à ses genoux et, au lieu de crier « impur, impur », il lui dit : « Si tu le veux, tu peux me purifier ». Je m’attendais à ce que Jésus lui demande 135 € en monnaie de l’époque, au lieu de cela, il transgresse lui aussi la loi en touchant le lépreux et en le guérissant.

Le lépreux fait un acte de foi. Cela veut donc dire que la foi est plus importante que la loi. Je suis désolé de devoir contrarier notre ministre de l’Intérieur à ce sujet, mais il faut bien reconnaître que la loi protège alors que la foi guérit et sauve. Jésus est venu pour sauver. La loi est faite pour protéger.

Le lépreux est impur comme le patient Covid est contagieux. Si quelqu’un touche un lépreux, il devient impur selon la Loi juive. Jésus touche le lépreux. Non seulement Jésus ne devient pas impur, mais il purifie le lépreux en le touchant. Jésus n’est pas contaminé par la lèpre, mais il « contamine » le lépreux de sa pureté.

S’il demande au lépreux de se taire, c’est pour que les gens ne le prennent pas pour un simple médecin ou un guérisseur. A ce moment-là, il sait que le peuple ne croira pas qu’il est le Sauveur. C’est seulement après sa résurrection, qui signe sa victoire non sur la maladie mais sur la mort, que les foules comprendront qu’il est le Dieu sauveur. En demandant au lépreux d’aller se montrer au prêtre comme le demande la Loi, il veut signifier que la Loi depuis toujours été faite pour annoncer le salut qu’il est venu apporter. La Loi divine ne fait pas que protéger, elle prépare au salut car elle se fonde sur la relation première avec Dieu.

Jésus est venu tout purifier, tout sauver. Ainsi il n’est plus question de maladies qui rendent impur, c’est-à-dire indigne de Dieu. Finies les viandes interdites comme le porc ! Et, par-dessus tout, il n’y a plus de péchés impardonnables.

L’humanité est sauvée, c’est-à-dire libérée de tout ce qui fait obstacle à la grâce du Seigneur. Il suffit maintenant de s’ajuster à l’amour de Dieu qui nous est donné par l’Esprit Saint que Jésus nous envoie d’auprès de son Père.

Le christianisme est la religion de la libération de l’humanité par Dieu lui-même.

+Michel Aupetit, archevêque de Paris.

Que nos yeux s'ouvrent ! Second vendredi - 22 janvier 2021

publié le 17 janv. 2021, 11:10 par Pierre Roland-Gosselin

« Jésus gravit la montagne, et il appela ceux qu’il voulait. Ils vinrent auprès de lui, et il en institua douze pour qu’ils soient avec lui et« Jésus gravit la montagne, et il appela ceux qu’il voulait. Ils vinrent auprès de lui, et il en institua douze pour qu’ils soient avec lui et pour les envoyer proclamer la Bonne Nouvelle. » (Marc 3,13-14)

Trois intentions de prière

  • Rendons grâce à Dieu le Créateur pour celles et ceux qui témoignent humblement de la beauté de sa créature humaine en l’accueillant et en l’accompagnant avec amour.
  • Supplions Dieu pour qu’il nous convertisse en nous prenant auprès de Lui, et nous donne le courage de vivre en accord avec notre foi grâce à laquelle nous voyons l’image de Dieu en tout être humain.
  • Prions pour les hommes et les femmes qui expérimentent durement leurs fragilités et leurs limites.

 

Vidéo YouTube

Que nos yeux s'ouvrent!

publié le 15 janv. 2021, 14:42 par Pierre Roland-Gosselin   [ mis à jour : 15 janv. 2021, 14:45 ]

1er vendredi

Que nos yeux s’ouvrent ! 

Quatre vendredis de jeûne et de prière pour sortir d’une bioéthique aveuglée

Le projet de loi révisant la loi de bioéthique revient bientôt devant le Sénat, en deuxième lecture. Le Gouvernement voudrait le faire aboutir sans retard. Ce projet de loi entraîne des risques graves pour notre société en bouleversant l’ordre de la filiation humaine. N’assistons-nous pas à un aveuglement diffus sur la dignité de tout être humain qui vient gratuitement à l’existence et qui doit être accueilli fraternellement ?

Les évêques de France ont souhaité appeler tous les catholiques ainsi que les hommes et femmes de bonne volonté à se tourner vers Dieu en priant et en jeûnant pour Lui demander la grâce de nous ouvrir les yeux à tous et d’être ensemble des artisans du respect de l’être humain dès sa conception.


La Conférence des évêques de France publie ce document préparé par son Groupe bioéthique afin d’aider chacun à vivre en janvier quatre vendredis de jeûne et de prière. Cette démarche spirituelle pourra se vivre chacun chez soi, seul ou en famille, ou, si les normes sanitaires le permettent, en communauté.

Avec un cœur paisible mais sans relâche, les catholiques souhaitent aider notre société française à être une société de l’amour et de l’espérance dans la vérité et le respect de la dignité humaine, sans quoi la fraternité prônée dans notre devise républicaine ne serait qu’illusion.


le lien: 

https://eglise.catholique.fr/sengager-dans-la-societe/eglise-et-bioethique/nos-yeux-souvrent-quatre-vendredis-de-jeune-de-priere-sortir-dune-bioethique-aveuglee/




Au Mexique... A cheval avec le Christ

publié le 29 juin 2020, 02:08 par Paroisse Blanzay


Message de la Famille Missionnaire ...

publié le 13 juin 2020, 04:43 par Paroisse Blanzay

Chers amis,

Le confinement se prolonge... mais si nos corps sont confinés, nous pouvons garder nos esprits libres ! Et surtout, nous devons tourner nos cœurs vers Dieu, et aider nos contemporains à le faire !

Nous nous sommes associés en ce 19 avril 2020, aux consécrations de la France aux Cœurs de Jésus et de Marie, qui ont été faites par 7 évêques français dans leur diocèse respectif.

Pour apporter notre petite contribution, nous commençons une neuvaine de 9 semaines du 19 avril jusqu’au 19 juin 2020, solennité du Sacré Cœur. Après les vêpres de cette solennité et en entrant dans la Fête du Cœur Immaculé de Marie, le samedi 20 juin, nous consacrerons la Famille Missionnaire de Notre-Dame, ses Foyers amis et tous les amis de Notre-Dame des Neiges aux Cœurs de Jésus et de Marie, unis dans le Saint-Esprit, sans oublier Saint Joseph dont le 19 est le chiffre.

Chaque jour, nous vous proposerons des enseignements et temps de prière pour découvrir ou redécouvrir l’identité de la France. Saint Jean-Paul II, dans son avant-dernier livre « Mémoire et identité », nous a donné cet important enseignement : l’identité d’une Nation a besoin d’un fondement solide, sa mémoire. Notre contribution sera modeste, nous accepterons volontiers les témoignages que des plus « grands témoins » pourront nous donner, mais nous désirons par cette grande neuvaine vous permettre de découvrir ce qu’est la France pour Dieu et ce qu’est la mission de la France.

Ces textes et vidéos seront disponibles sur notre Blog. Vous pouvez aussi retrouver toutes les vidéos de cette neuvaine et vous abonner aux Podcasts dans notre médiathèque !

Nous espérons que cela vous aidera, comme nous, à découvrir ou à redécouvrir les racines de notre pays et sa longue histoire avec Dieu, et à être, à notre tour, les dignes héritiers de cette histoire, fidèles à la mission que Dieu nous confie !

En union de prières autour de Notre-Dame des Neiges,

La Famille Missionnaire de Notre-Dame

le 25 mars: Message des évêques de France aux catholiques et à tous nos concitoyens

publié le 19 mars 2020, 01:43 par Pierre Roland-Gosselin

 Notre pays, avec de nombreux autres, traverse une grande épreuve. Le chef de l’Etat nous appelle à laisser de côté nos divisions et à vivre ce temps dans la fraternité. C’est pourquoi nous avons voulu que ce message destiné en premier lieu aux catholiques s’adresse aussi à tous nos concitoyens sans distinction.

 

Nous le faisons dans un esprit d’humilité, mais avec la certitude que la Foi chrétienne a une mission spécifique dans ce monde et qu’elle ne doit pas se dérober. Nous pensons enfin à tous ceux et celles qui partagent avec nous la Foi en Dieu et la conviction qu’Il accompagne notre vie. Nous pensons enfin à tous ceux et celles qui ne croient pas mais souhaitent que la solidarité et l’esprit de service s’accroissent entre les hommes.

 

A tous, nous disons notre désir que notre communauté nationale sorte grandie de cette épreuve. Depuis bien des années déjà, notre humanité a l’intuition qu’elle doit changer radicalement sa manière de vivre. La crise écologique nous le rappelle sans cesse, mais la détermination a fait largement défaut jusqu’ici pour prendre ensemble les décisions qui s’imposent et pour s’y tenir. Osons le dire l’égoïsme, l’individualisme, la recherche du profit, les consumérismes outranciers mettent à mal notre solidarité. Nous avons le droit d’espérer que ce que nous vivons en ce moment convaincra le plus grand nombre, qu’il ne faut plus différer les changements qui s’imposent. Alors ce drame porteur d’angoisse n’aura pas été traversé en vain.

 Le mercredi 25 mars à 19h30. 

Un peu partout en France les cloches de toutes les églises sonneront pendant 10 minutes, non pour appeler les fidèles à s’y rendre mais pour manifester notre fraternité et notre espoir commun.

Elles sonneront comme elles ont sonné aux grandes heures de notre histoire, la Libération par exemple. En réponse à ce signe d’espoir, nous invitons tous ceux qui le voudront à allumer des bougies à leur fenêtre. Ce geste qui est de tradition dans la ville de Lyon, est un signe d’espérance qui transcende les convictions particulières: celui de la lumière qui brille dans les ténèbres.

 Ce qui suit s’adresse maintenant aux Catholiques.

 

Mercredi 25 mars, nous fêterons l’Annonciation du Seigneur. Elle eut lieu à Nazareth, chez une jeune fille, Marie. Dans sa maison, le Ciel rencontre la terre ; dans sa maison, le salut du monde est conçu ; dans sa maison, une joie nouvelle apparaît, la joie de l’Évangile, une joie pour le monde : « Car rien n’est impossible à Dieu » (Lc 1, 37).

Cette année, sans l’avoir voulu, nous fêterons l’Annonciation, confinés, dans nos maisons ! Pouvons-nous célébrer cette fête plus en vérité, plus intensément, plus en communion ?

Quand les cloches sonneront, le 25 mars, à 19 h 30, que chaque disciple de Jésus, dans sa maison, ouvre sa Bible et lise, seul ou en famille, le récit de l’Annonciation, dans l’Évangile selon saint Luc, chapitre 1, versets 26 à 38.

 

« En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.

L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »

À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.

L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »

Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme ? »

L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu.

Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. »

Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.

 

Et qu’au même moment chaque maison allume une ou plusieurs bougies, à sa fenêtre, pour dire son espérance et conforter celle de ses voisins.

 
 Nous prierons en communion par l’intercession de la Bienheureuse Vierge Marie en nous unissant au chapelet récité, à Lourdes, chaque jour à 15 h 30.

1ère dizaine.

 Nous demanderons à Marie de nous protéger et de nous aider à mieux accueillir Jésus dans nos maisons, dans nos cœurs, dans nos vies comme elle l’a fait elle-même pour nous : « Que tout m’advienne selon ta parole » (Lc 1, 38).

2ème dizaine.

Nous confierons à Marie qui devient Mère du Sauveur et qui deviendra notre Mère, nos frères et sœurs malades, nos frères et sœurs soignants, notre communauté humaine éprouvée. Nous lui dirons que nous voulons les aimer comme nous aimons Jésus, « le fruit béni de ses entrailles » (cf. Lc 1, 42), Lui qui a pris sur lui nos souffrances et nos péchés.

3ème dizaine

Nous pourrons aussi confier nos craintes et nos doutes à celle qui fut toute bouleversée et s’interrogea : « Comment cela va-t-il se faire ? » (Lc 1, 34). La peur d’une vie remise à Dieu, différente de celle dont nous rêvons, rejoint la peur de la mort. Marie la connaît de l’intérieur et nous pouvons lui dire sans cesse : « Priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort », comme l’Église nous l’a appris.

4ème dizaine.

Enfin, poussés par l’Esprit, nous pourrons dire à Jésus : « Guéris-nous ! » Nous ne savons pas quelle sera la réponse sinon que, dans quelques jours, nous fêterons la passion, la mort et la résurrection de Jésus, le premier-né d’une multitude de frères qu’il fait entrer dans la vie de Dieu

5ème dizaine.

Enfin nous prierons pour nos familles, nos malades, les familles qui sont dans la peine.

Nous prierons pour ceux qui doutent, pour ceux qui n’ont pas eu la chance de connaître Jésus, pour ceux qui sciemment vous ont rejeté.

Nous prierons pour François, nos évêques, les prêtres, les séminaristes et les vocations sacerdotales et religieuses..

Ouvrir sa fenêtre, allumer une bougie est un geste de communion que nous voulons offrir à toute la nation pour qu’elle rende hommage aux défunts, victimes du Covid19, et aussi à ceux qui donnent de l’espoir, soignants, autorités mais aussi famille, amis, voisins.

C’est pourquoi nous vous demandons de relayer ce message très largement autour de vous, par tous les moyens autorisés à votre disposition !

LES ÉVÊQUES DE FRANCE




Prière à Saint Roch

publié le 19 mars 2020, 01:29 par Pierre Roland-Gosselin

Saint Roch




Dieu tout puissant de qui dépend entièrement notre vie et tout ce qui contribue au bien de notre âme et de notre corps, vous qui ne voulez pas la mort du pécheur mais qu’il se convertisse en vue de la vie éternelle, vous qui avez confié aux saints le soin de veiller sur nous, permettez-nous de solliciter, aujourd’hui , le parrainage du bienheureux Saint Roch, que vous avez chargé du pouvoir de combattre le mal de la peste et de toute maladie contagieuse et mortelle.

Nous recourons à son intercession pour être notre défenseur spécial contre l’épidémie actuelle du coronavirus. Nous recourrons également à l’intercession de la Mère Immaculée de votre Fils unique, Notre Dame de France, la priant que nous soyons libérés de toute maladie.

Dieu tout-puissant qui n’avez cessé d’aimer l’homme et qui, par miséricorde, avez préparé St Roch à être notre défenseur contre le fléau des épidémies, nous vous confions notre santé et notre vie, vous implorant afin que, par son intercession, libérés des maladies contagieuses, nous puissions mieux vous aimer et vous servir.
Nous vous en prions, avec un cœur confiant,
Amen

Composée par le père Maximilien de La Martinière

Pistes pour une règle de vie pendant le confinement

publié le 19 mars 2020, 01:16 par Pierre Roland-Gosselin   [ mis à jour : 19 mars 2020, 01:25 ]

 Vous trouverez ci-dessous des suggestions de tâches pour être actrices de votre vie pendant cette période subie du confinement en raison du coronavirus, et répondre à vos besoins dans ces conditions si particulières : très peu de sorties, pas de rencontres, pas de messe, parfois pas de travail... Vous pourrez cocher ce qui vous semble faisable (une à trois idées de tâches par domaine, pas plus !) et ajouter vos propres projets, en fonction du temps dont vous disposez – variable si vous êtes au chômage technique ou bien cumulez télétravail et éducation des enfants.

Avec cette question :

« Au terme de cette période, qu’est-ce que j’aurais aimé avoir fait ? »

Prenez le temps de vous ressourcer et soyez indulgentes envers vous-mêmes : le contexte est si inhabituel que l’on peut mettre du temps à trouver un équilibre, ralentir, diminuer ses exigences et se concentrer sur l’essentiel. Bon courage et en union de prière !

 Corps

- Se faire un programme de la semaine, ou au moins une liste de tâches réaliste de la journée du lendemain.

- Dormir suffisamment (se coucher à 23 heures maximum).

- Manger des fruits et légumes et boire des tisanes.

- Prendre le soleil 10 minutes par jour à la fenêtre.

- Aérer son logement 15 minutes par jour.

- Tester de nouvelles activités manuelles : tricot, couture, crochet, broderie, dessin, bijoux... Fabriquer quelques cadeaux de mariage ou de naissance à l’avance.

- Faire un grand tri, rangement et nettoyage du logement.

- Faire de la gymnastique (si besoin avec une vidéo).

- Cuisiner de nouvelles recettes (simples), faire des confitures.

- Chanter, danser, ressortir sa guitare ou sa flûte à bec.

- Ecouter le chant des oiseaux dans le calme retrouvé ; ap- prendre les différents chants.

- Se faire un masque pour le visage, se masser les pieds...

- Faire des exercices Vittoz (comme celui à la fin du podcast de Zélie avec Valérie Maillot).

- Le soir, observer les étoiles (moins de pollution a priori).

 Âme

 - Lire la Parole de Dieu chaque jour (Parole et prière, Évangile au Quotidien, AELF...), les textes du jour ou bien commencer à lire un évangile en entier.

- Réciter le bénédicité avant les repas.

- Dire le chapelet (si besoin avec un enregistrement).

- Prier pour les malades, les défunts et les soignants.

- Faire un tableau de prière mensuel et prier chaque jour à une intention différente (proches, chrétiens persécutés...)..

- Offrir ce confinement pour les malades et pour le monde.

- Suivre les laudes et vêpres sur KTO..

- Suivre la messe du dimanche sur KTO, Le Jour du Seigneur, sur les chaînes Youtube des paroisses...

- Faire un don via l’application La Quête.

- Ecouter des chants spi : chant grégorien, Emmanuel, Dei Amoris Cantores, Hopen, etc.

- Relire les ouvrages de spiritualité chrétienne (Confessions de Saint Augustin, Histoire d’une âme...)

 Coin enfants

 - Créer une charte commune avec les règles de la maison (dont le rangement et la participation aux tâches ménagères).

- Créer un programme journalier.

- Respecter un temps calme d’au moins une heure en début d’après-midi (quitte à mettre un réveil) pour que chacun puisse être seul.

- Faire une liste d’idées d’activités où les enfants peuvent piocher : jeux de société, petites expériences scientifiques, album photo...

- Veiller à remplir le réservoir affectif de chacun, notamment selon son langage d’amour prioritaire.

- Faire de la gym en famille, ou si possible, sport dans le jardin. - Faire un « voyage à la maison » en lisant des livres sur un pays,


 Cœur

 - Téléphoner à une personne par jour, au minimum.

- Écrire chaque jour une lettre ou une carte à quelqu’un, à défaut un mail.

- Remplir chaque soir un carnet de gratitude (voir celui proposé sur le site de Zélie).

- Prendre conscience de ce que vivent les personnes alitées : malades, personnes handicapées, âgées, etc.

- Écrire ou dessiner ses émotions (notamment le cas échéant sa peur de la solitude, de la maladie ou de la mort).

- Faire le point sur sa vie, ses qualités, ses valeurs et ses projets.

- Suivre un coaching psy en ligne.

- Consulter les informations une à deux fois par jour maximum pour éviter l’effet anxiogène, éviter les réseaux sociaux.

- Sourire, même seule.

- Pour les couples : passer des moments privilégiés grâce à la Boîte de comm’, aux carnets Syld ou à « 2 minutes mon amour » ; faire un repas aux chandelles avec de bons plats (Picard par exemple, livraison à domicile possible), faire des jeux de société...

 Esprit

 - Lire les magazines et livres qui se sont accumulés (pourquoi pas dans un bain chaud ?).

- Suivre un Mooc (formation gratuite en ligne).

- Relire des classiques : Corneille, Molière, Saint-Exupéry, Ed mond Rostand, Jane Eyre...

- Écrire un livre, un roman, un poème.

- Écouter des podcasts (celui de Zélie, de Famille chrétienne, Le Gratin, Génération XX, etc.)

- Écouter les CD qu’on a, suivre l’histoire de la musique.

- Préférer les films aux séries – intrinsèquement addictives. Idées de plateformes de vidéos à la demande légales : LaCinetek, lefilmchretien.fr

- Faire un pêle-mêle d’images qui nous font rêver pour mieux visualiser ses objectifs (vision board).

- Regarder des sketches humoristiques.

 - Redécouvrir sa région ou sa ville grâce à des documentaires (sur les chaînes Youtube de Des racines et des ailes ou Échap- pées belles par exemple).

- Prendre des dizaines de photos différentes depuis sa fenêtre.

écoutant de la musique de celui-ci et en cuisinant ses recettes. - Relire tous les livres, contes et BD de la maison. Idées de livres à lire : Ma bibliothèque idéale de Valérie d’Aubigny.

- Outils et cours gratuits en ligne : Cours Griffon, la Boîte à Bons Points, Maxicours...

- Livres-CD : Graines de saints, Sœur Agathe chante et raconte, Chansons de France, Piccolo, saxo et compagnie...

- Ressources et conseils : Ma juste place, Mon CoachingPepPsy, Montessouricettes, Petits Homeschoolers.

- Éviter les écrans au maximum. En dernier recours, choisir de beaux programmes : pour les petits, Petit Ours et ses amis (pas brun) sur Youtube ; pour les ados, les films du guide Éduquer par le cinéma de Sabine de La Moissonnière.

  

© Magazine Zélie 2020 - www.magazine-zelie.com

 



19 mars - Solennité de Saint Joseph- Mgr Aupetit

publié le 19 mars 2020, 01:09 par Pierre Roland-Gosselin   [ mis à jour : 19 mars 2020, 01:11 ]

Prières à Saint Joseph

1-10 of 49