Mgr Aupetit - Homélie du 14 février 2021

publié le 17 févr. 2021, 14:17 par Pierre Roland-Gosselin
« La lèpre le quitta et il fut purifié » (Evangile selon St Marc 1, 40-45)

Je suis désolé de le dire, mais en toute légalité ce lépreux devrait payer 135 €. Eh oui, il ne respecte pas les gestes barrières ! A l’époque aussi, on avait des gestes barrières. Vous avez entendu la loi dans la première lecture : « Le lépreux doit se signaler en criant : « impur, impur ! », il restera à l’écart ». Il ne doit pas approcher des autres. Aujourd’hui on a gardé la mise à l’écart mais on n’est plus obligé de se signaler par des vêtements troués en criant : « Covid, Covid ! »

Ce lépreux va vers Jésus, tombe à ses genoux et, au lieu de crier « impur, impur », il lui dit : « Si tu le veux, tu peux me purifier ». Je m’attendais à ce que Jésus lui demande 135 € en monnaie de l’époque, au lieu de cela, il transgresse lui aussi la loi en touchant le lépreux et en le guérissant.

Le lépreux fait un acte de foi. Cela veut donc dire que la foi est plus importante que la loi. Je suis désolé de devoir contrarier notre ministre de l’Intérieur à ce sujet, mais il faut bien reconnaître que la loi protège alors que la foi guérit et sauve. Jésus est venu pour sauver. La loi est faite pour protéger.

Le lépreux est impur comme le patient Covid est contagieux. Si quelqu’un touche un lépreux, il devient impur selon la Loi juive. Jésus touche le lépreux. Non seulement Jésus ne devient pas impur, mais il purifie le lépreux en le touchant. Jésus n’est pas contaminé par la lèpre, mais il « contamine » le lépreux de sa pureté.

S’il demande au lépreux de se taire, c’est pour que les gens ne le prennent pas pour un simple médecin ou un guérisseur. A ce moment-là, il sait que le peuple ne croira pas qu’il est le Sauveur. C’est seulement après sa résurrection, qui signe sa victoire non sur la maladie mais sur la mort, que les foules comprendront qu’il est le Dieu sauveur. En demandant au lépreux d’aller se montrer au prêtre comme le demande la Loi, il veut signifier que la Loi depuis toujours été faite pour annoncer le salut qu’il est venu apporter. La Loi divine ne fait pas que protéger, elle prépare au salut car elle se fonde sur la relation première avec Dieu.

Jésus est venu tout purifier, tout sauver. Ainsi il n’est plus question de maladies qui rendent impur, c’est-à-dire indigne de Dieu. Finies les viandes interdites comme le porc ! Et, par-dessus tout, il n’y a plus de péchés impardonnables.

L’humanité est sauvée, c’est-à-dire libérée de tout ce qui fait obstacle à la grâce du Seigneur. Il suffit maintenant de s’ajuster à l’amour de Dieu qui nous est donné par l’Esprit Saint que Jésus nous envoie d’auprès de son Père.

Le christianisme est la religion de la libération de l’humanité par Dieu lui-même.

+Michel Aupetit, archevêque de Paris.

Comments