ANTONIETTA MEO

publié le 18 avr. 2010 à 03:30 par Paroisse Blanzay   [ mis à jour : 20 avr. 2010 à 02:25 ]
La plus jeune enfant non martyre dans l’histoire de la sainteté de l’Eglise



« Il y aura des Saints parmi les enfants »

            avait prédit le Pape Pie X.

 

 

    Antonietta (surnommée Nennolina  par sa famille) est née le 15 décembre 1930 à Rome dans une famille où transparaît la présence de Dieu. C’est une enfant normale, vivante et enjouée qui récite ses prières dès l’âge de deux ans. L’année suivante, elle entre au jardin d’enfants tenu par des religieuses. Elle y apprend à faire de petits sacrifices et à être douce auprès des autres enfants.

 

   Un jour elle tombe dans son jardin et se cogne le genou. Malgré les soins, la douleur persiste. C’est trop tard que l’on découvre qu’elle a un cancer des os. On est en avril 1936.

   Cette maladie, Antonietta veut la vivre toute abandonnée au Seigneur. On doit l’amputer de la jambe, mais la petite ne se plaint pas : « Jésus, je veux être au pied de la Croix avec toi » En effet, elle souffrira beaucoup. Elle va vivre un an de chemin de croix terrible. Elle offre ses souffrances pour le Pape, les prêtres, les missionnaires et les enfants d’Afrique noire.

Elle reçoit son Jésus pour la première fois dans la nuit de Noël 1936 puis est confirmée en mai 1937. A partir de là, la santé diminue et les poumons sont atteints.  En juin, on doit lui retirer trois côtes, c’est une douleur atroce, qu’elle supporte encore en souriant. Puis, elle reçoit le sacrement des malades, et s’endort pour toujours le 3 juillet 1037 en murmurant : « Jésus, Marie… papa, maman… »

    Son procès de canonisation s’ouvre en 1942.  Elle est déclarée vénérable par le Pape Benoît XVI en 2007.

Ses restes  sont actuellement dans une chapelle de l’église sainte Croix de Jérusalem, à Rome.

 

      Pour mieux comprendre la sainteté de cette enfant, ses lettres adressées au Seigneur qu’elle dictait à sa maman, puis qu’elle écrivait elle-même, montrent qu’elle vécut très  proche de Dieu :

«  Cher Jésus, je sais que Tu as tant souffert sur la Croix, je veux être sage pour que Tu souffres moins… »

« Cher Dieu Père, je veux communier en réparation de tous ceux qui s’appellent ‘sans Dieu’ ».

« Chère Trinité Sainte, je vous prie de me faire devenir toujours meilleure ».

«  Jésus, je Te confie ceux qui se confient à mes prières ».

 

 

 

Des images de la Vénérable Antonietta Meo sont à votre disposition au fond de l’église de Blanzay.

Si vous désirez recevoir un petit ouvrage (32 p, 5 € port compris) : Evangile de la Vie 32 cours de la République, 84 500 Bollène.