Tugdual Derville; Les Animaux dans l’Evangile

publié le 11 févr. 2011 à 08:02 par Paroisse Blanzay   [ mis à jour : 11 févr. 2011 à 08:14 ]

La nef : Quel message souhaitez vous faire passer avec ce livre ?

TD : l’intention est d’évangéliser, en entrant dans l’évangile par les 32 espèces d’animaux qui y figurent. Avec eux, contempler la vie du Christ est plus facile car ils n’ont pas changé depuis 2000 ans.. Lorsque notre Seigneur dit « regardez les corbeaux ! », c’est pour nous montrer la Providence Divine. Même ressuscité, Jésus cuisine et mange du poisson…Son incarnation va jusque-là ! Dans son enseignement par paraboles, les animaux sont omniprésents : brebis, loup, chameau, chien, ver, mite, scorpion…

Un message fort se dégage : l’homme vaut « tellement plus » que les bêtes ! Jésus le répète. D’ailleurs, il utilise toujours les animaux au service de l’homme : pour le nourrir, éclairer sa conscience ou lui faire connaître Dieu.

La nef : Pourquoi cette intérêt pour les animaux ? Y-a-t-il un regard spécifiquement chrétien sur les animaux ?

TD : Cette fascination remonte à l’enfance, à cause de leur animation (animale), de leur beauté, de leur organisation et de leur stupéfiante diversité. Tout cela rend gloire au Créateur. Oui, le christianisme porte un regard singulier sur les bêtes : elles restent à leur juste place. Le catéchisme de l’église catholique l’explique : leur utilisations par l’homme est légitime, pour se nourrir, se vêtir, se distraire, etc. Il convient aussi de leur manifester de la « bienveillance ». Mais c’est bien la dignité humaine qui incite à éviter toute cruauté à leur endroit.

Une société doit donc ni maltraiter gratuitement les animaux, ni les idolâtrer… Un courant de pensée fait de la bête l’égal de l’homme ; il avance que nous devrions éviter de croire pour laisser de la place aux espèces animales ! Or, s’il est légitime de protéger la biodiversité, c’est par charité pour l’humanité future… Pas pour la déesse terre, ni pour les bêtes.

La nef : Justement à propos des chrétiens : on a parfois l’impression que familles nombreuses et animaux ne font pas bon ménage ! Quand pensez-vous et qu’apporte un animal domestique aux enfants ?

TD : Les mères de famille savent que la gestion d’un animal familier retombe souvent sur leurs épaules…Toutefois, un animal peut apporter dans une famille de l’émerveillement et de la douceur. Un chien de compagnie peut apaiser une fratrie trop conflictuelle. Des enfants en difficulté se consolent avec une petite bête. Ils peuvent en être « responsables ». Même la mort de l’animal que l’on a chéri enseigne quelque chose d’essentiel, utile pour affronter d’autres deuils.