Politique‎ > ‎

Les apôtres auraient-ils ronflé pendant le sermon des béatitudes ?

publié le 19 oct. 2014 à 06:25 par Paroisse Blanzay
Article rédigé par Diego de La Vega, le 02 octobre 2014
Manif pour tous : les apôtres auraient-ils ronflé pendant le sermon des béatitudes ?

TRIBUNE | Que la conférence des évêques de France ne dise pas un mot sur la mobilisation de La Manif pour tous du 5 octobre, voire prenne ses distances comme son président dansLa Croix du 1er octobre, n’est pas choquant, c’est bouleversant.

Heureusement, une dizaine d’entre eux et pas des moindres : le primat des Gaules, l’archevêque de Paris, et quelques autres connus, NNSS Aillet, Rey, Habertde Kérimel, etc. mettent un peu de combativité dans cette unanimité officielle silencieuse et oppressante. Certains d’entre eux sont même précis dans leur soutien, en tant qu’évêques (Mgr Aupetit). L’honneur est-il sauf pour autant ?

À mon avis, la plupart des évêques auraient ronflé pendant le sermon sur la montagne. Cette réflexion est de Thomas More à son ami le duc de Norfolk qui le supplie de se soumettre. Effectivement, la plupart des prélats anglais se sont soumis à Henry VIII. Ils ronflaient très bien !

C’est grave. On peut ne pas être d’accord avec un prélat lorsqu’il s’exprime. Prenons un exemple précis : on peut très bien être en désaccord avec les positions pratiques du pape François sur l’immigration car celui-ci a une vision irénique du problèm,e mais au moins s’exprime-t-il, et s'exprime-t-il sur le drame de la charité blessée. On lui fait crédit de son audace et de sa générosité.

Mais là, c’est un silence. Qui en rappelle d’autres dans la tragédie de l’histoire. Car enfin, que de simples chrétiens entraînent des non-chrétiens agnostiques, des musulmans, pour défendre les plus humbles devrait les enthousiasmer, devrait les encourager à… encourager !

Mais « ils sont engagés dans un processus de réflexion. » « Ils se situent à un niveau anthropologique, pas au niveau politique. » Ils ronflent.

Complicité objective

Quant on considère l’horreur de la PMA et la tragédie terrifiante de la GPA, il leur est interdit de se taire sous menace d’être accusés de complicité objective. Et quelle complicité ! Une complicité avec les manipulations qui rappellent celles des disciples du monstrueux docteur Mengele.

Aux Indes, les mêmes qui vendent des corps d’enfants en pièces détachées, qui prostituent des jeunes adolescentes, sont les mêmes qui créent des centres d’insémination pour mettre à disposition les ventres de gamines de quinze ans. Cela pour satisfaire l’égoïsme de richissimes clients occidentaux dévoyés.

Les sommes qui circulent au profit de ces réseaux mafieux sont gigantesques. Le marché prend déjà une dimension industrielle. Il s’étend aux Philippines, au Vietnam, au Cambodge et à la Birmanie. Légaliser cela, c’est participer à l’expansion de la plus abominable des exploitations humaines.

Mais la conférence ronfle. Elle débat sur les « moyens d’action qui ne doivent pas devenir des absolus ».

Le drame du monde

Des centaines de milliers de jeunes gens conscients de l’horreur d’une humanité réduite au consommable et au jetable affrontent à Paris et à Bordeaux des colonnes de CRS. Ils sont là, consciemment ou non, pour défendre ce qui est le plus cher à Dieu : l’intégrité de la vie, l’intégrité de la famille, l’intégrité du corps des enfants et des jeunes filles.

Ne pas être ému et bouleversé par cette héroïque générosité qui descend dans la rue pour dire non à l’insoutenable est terrifiant.

« Ils » ronflent.

Que cette jeunesse s’éloigne de plus en plus de l’Église « officielle » parce qu’elle ne se reconnaît pas dans cette assemblée de vieux notables qu’elle assimile aux chambres d’élus… apparaît assez logique, même si cela est très triste.

Les motions épiscopales qui sont votées en conférence plénière ressortissent de préoccupations d’un monde mort depuis trente ans. Le « faire-Église » et le « vivre-ensemble » ne correspondent à aucune des tragiques questions posées aujourd’hui dans un monde qui implose de tous côtés.

Qu’on prive des enfants d’un père ou d’une mère par la violence de la Loi, qu’on vende le ventre des adolescentes des pays pauvres, qu’on les insémine comme des brebis d’élevage pour satisfaire les mœurs saphistes des pays riches toujours par l’autorité du droit ne les révoltent pas. Leur sommeil est profond et béat.

Un système révolu

Que des enfants se fassent arrêter indument au mépris de toutes les règles de procédure pénale parce qu’ils portent en leur cœur l’exigence de l’Évangile puisse les laisser indifférents, donne une idée exacte de ce qu’ils sont : les rentiers d’un système. D’un système révolu.

Ils ronflent.

L’excuse pour eux est de dire : C’est une récupération politique qui sert au Front national.

Ils oublient simplement que la direction du Front national ronfle avec eux dans le même dortoir !

 

Diego de La Vega est le pseudonyme collectif de chroniqueurs réguliers du site Libertepolitique.com.

Comments